Orion Partage

Quand voyage rime avec partage

Le retour …
Voyage en Tunisie 2019

Le retour …

La remontée vers Tunis se déroule sans problème. À Nabeul, nous en profitons pour acheter des poteries pour divers associations.

Surprise, surprise nous recevons un mail de la compagnie de navigation nous informant que le bateau que nous devions prendre dimanche après midi est reporté au lundi matin.

Il nous faudra donc être au port à 7 heure du matin et comme on est en week-end toutes les banques sont fermées. Sachant qu’il est interdit de sortir des dinars de Tunisie, nous avions calculé de façon à ne plus rien avoir dimanche après-midi. Heureusement il y a les DAB pour nous dépanner.

Nous arrivons même à voir notre ami Charmi dont nous avions fait la connaissance il y a 15 ans et qui était bien impliqué dans l’humanitaire lui aussi. En 2010 il avait fini ses études mais n’était pas encore vraiment dans la vie active, ce qui n’est plus le cas maintenant (directeur d’une filiale française d’informatique, il est marié et père de 3 enfants !)

Nous sommes très contents de partager un repas avec lui et passerons donc la nuit sur le port, à côté de la douane avec d’autres véhicules.

Lundi , dès l’ouverture des guichets à 7 heures la queue est longue. Les contrôles de police et de douane se font 2 bonnes heures plus tard dans une désorganisation aussi grandiose qu’autobloquante. Par exemple les « professionnels » qui étaient surchargés à l’aller sont certes un peu moins chargés au retour mais doivent tout déposer en dehors de leur véhicule pour être inspectés (et « taxés » en euros de la main à la main). Mais comme rien n’est prévu, ce faisant ils bloquent toute la file jusqu’à ce qu’ils aient fini de tout recharger.

Nous finissons par embarquer vers 10h30 soit une demie heure après le départ théorique !

Le temps passe mais le bateau ne part que vers 13h30 car il y a un contrôle surprise anti-pollution !!!!

C’est assez fabuleux de faire ce contrôle qui retarde départ de 3 heures alors que le bateau a déjà 18 heures de retard.

Ceci est d’autant plus étonnant vu l’état catastrophique de l’environnement général en Tunisie.

En effet les déchets sont abandonnés partout en particulier au niveau des oueds car dès la première crue tout sera « nettoyé » certes, mais surtout, hélas tout ira polluer la mer et constituer le sixième continent. Contrairement aux dires de nos chers verts les plastiques formant ce sixième continent ne viennent pas des pays développés, mais vient essentiellement des pays en voie de développement. Tout comme en Afrique lors de notre voyage en Tunisie, nous pouvions presque dire à quelle distance nous étions d’une ville ou d’un village au nombre de plastiques accrochés aux arbres et à la quantité d’ordures un peu partout. Pour en avoir discuté avec des tunisiens, il semblerait que depuis la révolution de jasmin, chacun se revendique libre de faire comme bon lui semble sans réaliser à quel point c’est néfaste pour la Tunisie …

En revanche les tunisiens sont toujours aussi gentils et accueillants, n’hésitant pas à proposer leur service sans rien attendre en retour.

La « sécurité » nous a bien quelque peu embêté dans le nord-ouest de la Tunisie, mais après on a su se montrer plus discrets et la marée chaussée devait sans doute être moins sur les dents dans le reste du pays.

Nous rentrons donc avec un retard de près de 24heures et une mer assez agitée. En rédigeant ces quelques lignes au seul salon du bateau sur le pont 8 (8° étage), l’étrave du bateau tape fort sur certaines vagues provoquant des grandes projections d’eau jusqu’aux ponts 9 et 10. Ici encore nous sommes entourés de « troupeaux de moutons » …

Il faut reconnaitre que notre belle escapade tunisienne n’a été possible que grâce au concours de nombreuses personnes que nous tenons à remercier particulièrement.

En premier bien sûr, tous les généreux donateurs qui nous ont permis d’acheminer de quoi adoucir un peu les conditions de vie de nombreux enfants, que ce soit avec des biens matériels ou des aides financières.

Merci en particulier aux écoles qui nous ont soutenu, merci aux instituteurs et aux professeurs qui se sont impliqués généreusement, merci aux responsables qui ont donné leurs autorisations.

Merci donc à tout notre « réseau » qui nous a aidé à mener à bien notre projet.

Bien sûr il y a quelques remerciements particuliers incontournables :

Merci à notre docteur qui a su malgré le poids des ans nous maintenir dans une forme compatible avec nos ambitions.

Merci aux copains qui s’occupent de surveiller la maison et le distributeur de croquettes de notre chatte.

Merci à Olivier, Cécile et Quentin qui eux aussi surveille la maison en gérant les indispensables du quotidien et qui s’occupent de nos chiennes.

Larguez les amarres …
Antenne radio sur le bateau …
Arrivée à Tunis
J’ai droit à jouer un peu …
Du vent souvent, des moutons et des plastiques toujours …
Beaucoup de sueur pour un maigre salaire
On va jouer avec un nouveau ballon
Mosaïques romaines.
On arrive encore à entendre quelque chose …
Non merci, pas maintenant …
Cornemuse berbère .
Voltigeur aux pieds nus
Dans une médina du sud.
Orion fait le plein … d’eau.
Un ksar dans le sud.
Pour doubler, on fait quoi ?
Un peu de mal à démarrer, mais ça roule …
Bloqués sur la voie car chacun veut passer le premier, les barrières sont baissées, le feux rouge clignote, le train arrive …
Combien de cordes ont usées cette margelle de puits ?
Salle de prière de la grande mosquée de Kairouan.
Interdiction de faire du vélo dans la mosquée …
Spécial Main Sur le Cœur …
Brick au thon …
et dorade super bien présentés dans un tout petit restaurant dans la médina de Nabeul !
Tunis, le départ, vous avez dit contrôle anti pollution ???
Pour méditer un peu.

Bref encore une fois merci à TOUS.

Written by Pierre Coiffait - 8 mai 2019 - 667 Views

1 Comment

  • CHANTELOUP 9 mai 2019 at 14 h 50 min

    Bon retour tranquillement avec Orion. Bisous.

    Reply
  • Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.